Bonk !







Vous veniez pour un verbe et vous tomber sur une onomatopée : pas de doute, vous êtes dans la langue de Shakespeare et de Walt Whitman. En effet, l'anglais a une propension non négligeable à former des mots à partir d'une onomatopée. Ainsi, Bonk ! est notre équivalent de Boum !. De là, ils en ont tiré (euh...on ne sait pas si bien dire...) to bonk = baiser, s'envoyer en l'air. Pour l'exhaustivité, il faut citer to shag, to do, to fuck et de to screw qui exprime la même idée. Pour revenir à to bonk, le mot est répété plusieurs fois dans Quatre Mariages et un Enterrement, ne serait-ce dans la scène de la méga-gaffe que voici ou une autre retranscrite à l'article to fancy.

Charles: So, John - how's that gorgeous girlfriend of yours?
John: She's no longer my girlfriend.
Charles: O dear - still, I wouldn't get too gloomy - rumour has it she never stopped bonking old Toby de Lisle, just in case you didn't work out.
John: She's now my wife.
Charles: Excellent. Excellent. Congratulations.
(big pause) Ahm...any kids or anything, John? No - plenty of time for that, isn't there. No hurry.