Blow job


Attention, ça devient scabreux...du moins, ça continue. Comme il est hors de question de vous faire un dessin, rappelez-vous la scène quasi-mythique de Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?, lorsque le pilote automatique (une poupée gonflable en forme de pilote) se dégonfle, l'hôtesse de l'air se précipite dessus et voit qu'il est nécessaire de le regongler via la valve placée sur sa ceinture. Elle s'exécute immédiatement tandis que Leslie Nielson pénètre dans la cabine de pilotage. Celui-ci croyant assister à un simulacre de reproduction, se veut discret et retourne d'où il vient alors que le pilote automatique gonflable sourit, béat.

Bref, comme disait Pépin, vous devez avoir compris à ce stade, le sens figuré de to blow et de a blow job. Dans le cas contraire, vous avez encore une chance de vous instruire du côté de cock sucker. Tout cela rappelle Hannibal Lecter dans Le Silence des Agneaux avec sa voix monotone mais avec des petites pointes de cynisme par ci, par là, lorsqu'il sent (quelle intuition...) que quelque chose s'est passé dans la vie de Clarisse après la mort de son père, quand elle habitait à la campagne avec son oncle et sa tante dans le Montana, quelque chose peut-être avec son oncle..."Did he sodomize, did he ask for fellatio ..?"

Avant de partir, rafraîchissons un peu l'ambiance en citant une expression beaucoup plus convenable. Dans Tout le monde dit I Love You, la famille entière est en admiration devant Holden et aux anges à l'annonce de ses fiançailles avec Skylar. Le père, Bob, veut se démarquer et fait remarquer :

Listen, I don't wanna blow my own horn here but I'm the one who introduced her...
[Vous l'avez compris : to blow one's horn : faire sa propre louange]