Trainspotting


Titre français : Trainspotting
Année : 1996
Réalisateur : Danny Boyle
Genre : comédie noire
Nationalité : britanique


Personnages : Mark Renton (Ewan McGregor), Spud (Ewen Bremner), Sick Boy (Jonny Lee Miller), Tommy (Kevin McKidd), Begbie (Robert Carlyle), Diane (Kelly Macdonald), Swanney (Peter Mullan), dealer (Keith Allen),

L'histoire: Mark Renton vit une jeunesse sans surprises dans une banlieue glauque d'Ecosse avec sa ribambelle de copains. Comme ils n'ont rien à faire et vu le taux de chômage, cela ne risque pas de s'améliorer, leur seul échappatoire reste la toxicomanie. Pourtant, Renton, peut-être un peu plus intelligent que les autres, est lucide qu'il est préferable pour lui de décrocher. Le cercle vicieux du camé-type y est méticuleusement analysé: si Renton arrète, il est obligé de s'exclure de lui-même du groupe et sa solitude ne peut que le tenter de retomber à nouveau. D'autant plus que ses amis, aussi gentils soient-ils, sont méchamment envahissants...

Scène anthologique: Lorsque Renton tente de récupérer ses suppositoires à l'opium dans les toilettes les plus sales d'Ecosse et "dans le trou": il s'en suit un trip toxicomane entre rédemption et mauvais goût... Pour approfondir le concept, aller donc voir la photo du film associée au terme shit...

Réplique anthologique: La toute première, dite par Renton en voix off:

Choose life. Choose a job. Choose a career. Choose a family. Choose a fucking big television, choose washing machines, cars, compact disc players and electrical tin openers. Choose good health, low cholesterol and dental insurance. Choose fixed-interest mortgage repayments. Choose a starter home. Choose your friends. Choose leisurewear and matching luggage. Choose a three-piece suite on hire purchase in a range of fucking fabrics. Choose DIY and wondering who the fuck you are on a Sunday morning. Choose sitting on that couch watching mind-numbing, spirit-crushing game shows, stuffing fucking junk food into your mouth. Choose rotting away at the end of it all, pishing your last in a miserable home, nothing more than an embarrassment to the selfish, fucked-up brats you have spawned to replace yourself. Choose your future. Choose life.

But would I want to do a thing like that? I chose not to choose life: I chose something else. And the reasons? There are no reasons. Who needs resons when you've got heroin?


Ce film est cité dans le dictionnaire pour les expressions: jerk off (to)
mate
wanker