The guts

The guts, ce sont les tripes. De là, deux expressions à retenir : to have the guts avoir le courage ainsi que to hate somebody's guts haïr quelqu'un. Pour la première, on ira lire comment Mother défie son petit chérubin de Norman dans Psychose : le script est disponible à l'article Shut up ! (Or do I have to tell her 'cause you don't have the guts, boy? ) A noter l'américanisme don't have, là où l'anglais dira haven't.

Quant à l'expression de la haine, elle est bien présente dans les retrouvailles ambiguës entre Frank Mackey et son père mourant, Earl Partridge dans Magnolia : Frank rappelle agressivement à son père toutes les insultes que ce dernier lui assenait dans sa jeunesse. Et de conclure par I just hate your fucking guts ! Cela dit, les sentiments sont teintés naturellement de contradictions puisqu'il le supplie de ne pas mourir.

Pour oeuvrer à notre vulgarité personnelle et portative, citons American Beauty et la réaction des Fitts, voisins des Burnham après la visite du charmant couple homosexuel, convivial à souhait, brandissant un panier garni de fruits de leur jardin et s'exclamant auprès des Fitts, nouvellement emménagés, "Welcome in the Neighborhood !" Le père, ancien Marine's, se désole que les homosexuels éprouvent le besoin de s'afficher et le fils, pour plaire au père, d'en rajouter une couche en lâchant avec détachement :
Those fags make me want to puke my fucking guts out. [to puke gerber]

Mais un film d'horreur qui se respecte comme Scream se doit d'utiliser le verbe to gut :
Sydney : How do you - gut someone?
Stu : You take a knife and split 'em from groin (aine) to sternum.

Mais terminons sur une note romantique avec la scène finale de Diamands sur Canapé, lorsque Paul alias Fred après avoir déclaré sa flamme à Holly (Audrey Hepburn) qui fait mine de n'en avoir cure, il la quitte sous la pluie après lui avoir décrit son "profil psychologique" :
You know what's wrong with you, Miss Whoever-you-are? You're chicken, you've got no guts. You're afraid to stick out your chin and say, "Okay, life's a fact, people do fall in love, people do belong to eachother, because that's the only chance anybody's got for real happiness." You call yourself a free spirit, a "wild thing," and you're terrified somebody's gonna stick you in a cage. Well baby, you're already in that cage. You built it yourself. And it's not bounded in the west by Tulip, Texas, or in the east by Somali-land. It's wherever you go. Because no matter where you run, you just end up running into yourself.